Deposer
La Newsletter

Restez informé de toutes les nouveautés disponibles et les infos utiles pour vivre à la campagne.

"Vivre à la campagne" propose exclusivement des annonces immobilières et des emplois en secteur rural.

 

Immobilier en zones rurales dans toutes les régions de France. Accédez à notre sélection d'annonces vertes pour trouver votre propriétée rurale, votre maison de campagne ou de village...

Revue de Presse Avril 2014

Grèce : le retour à la terre pour tenter d’échapper à la crise

 

Cela fait maintenant six ans que la Grèce est en récession et quatre qu’elle subit la cure d’austérité sans précédent imposé par la Troïka. Le chômage, qui a explosé pendant la crise, est, de loin, le plus élevé de la zone euro. Selon Eurostat, il s’élève aujourd’hui 27,5% et dépasse les 58% chez les jeunes.

 

Si on a du mal à le chiffrer avec certitude, le ministère de l’Agriculture ne faisant aucun recensement – et aucune déclaration n’étant nécessaire a moins de vouloir toucher d’hypothétiques subventions – le phénomène est réel. Des estimations officieuses de divers organismes syndicaux parlent d’environ 40.000 nouveaux paysans depuis 2010. La plupart sont des jeunes qui se sont retrouvés sans emploi à cause de la crise et qui refusent de rester les bras croisés à attendre la reprise, estime Ilias Kantaros, agronome.

 

Cependant, cette mode du retour à la terre n’est pas sans danger car si les possibilités de reconversion sont réelles, il faut aussi faire attention aux miroirs aux alouettes. « De nombreux conseillers mal intentionnés profitent de l’angoisse des personnes qui se retrouvent soudainement sans ressources pour leur proposer des cultures qui ne sont pas viables financièrement en Grèce », souligne Ilias Kantaros.

 

La suite de l'article sur NEWS360x


Selon la FAO, les prix alimentaires mondiaux ont grimpé en mars à cause des conditions climatiques et des tensions politiques.

Augementation de l'indice de prix alimentaires FAO Mars 2014

L'Indice FAO des prix des produits alimentaires s'est établi en moyenne à 212,8 points en mars 2014, soit une hausse de 4,8 points (ou 2,3 pour cent) par rapport à février, et son plus haut niveau depuis mai 2013.

 

La hausse du mois dernier s'explique en grande partie par des conditions météorologiques défavorables pour certaines cultures et les tensions géopolitiques dans la région de la mer Noire.

 

Dans l'ensemble, sauf pour l'indice FAO des produits laitiers, qui a chuté pour la première fois en quatre mois, tous les autres indices de prix des produits de base ont enregistré des gains, le sucre et les céréales affichant la plus forte progression. 

 

Les risques de tensions sociales sont clairement évoqués par les reponsables de la FAO qui estiment que les pays les plus pauvres sont les plus sensibles aux variations des prix des denrés de base. Surprenant...

 

La suite sur le site de la FAO