Deposer
La Newsletter

Restez informé de toutes les nouveautés disponibles et les infos utiles pour vivre à la campagne.

"Vivre à la campagne" propose exclusivement des annonces immobilières et des emplois en secteur rural.

 

Immobilier en zones rurales dans toutes les régions de France. Accédez à notre sélection d'annonces vertes pour trouver votre propriétée rurale, votre maison de campagne ou de village...

Revue de Presse Novembre 2019

« Vivre à la campagne séduit de plus en plus »

 

Société. « L'avenir du monde rural est peut-être moins sombre qu'il n'y paraît. La qualité de son environnement et les efforts de modernisation le rendent plus attractif. Une chance à saisir. »

L'exode rural du siècle précédent avec l'attirance des villes pour leur vie économique, les emplois créés dans les usines, son côté vie moderne, les accès à la culture et aux loisirs, ont fait se vider nos campagnes.
 
Cela a bien changé, le monde rural s'est modernisé, embelli, amélioré économiquement, sportivement et culturellement, et bénéficie d'une qualité de vie ainsi que d'un environnement souvent préservé à l'heure du tout-écologie. Ainsi la donne a peut-être changé.


Exode urbain: 200 000 familles quittent la région parisienne

 

le JT de France2 sur l'exode urbain à Paris

Qui sont ces candidats à l'exode ? Où vont-ils ? Pourquoi ?

Télétravail loin des tracas et outils numériques facilitent l'éloignement et permettent de dégager des revenus, parfois moins importants, mais suffisants pour "mieux vivre".

 

Selon le journaliste, 25% des habitants en IDF voudraient s'installer sur la côte d'azur, 21% en Bretagne, 19% en Langedoc-Roussilon.

 

Toutes les catégories sociales sont concernées, avec une forte proportion de couples avec enfants compte tenu des prix du m2 en IDF.

 

Même si les salaires sont inférieurs en province, le différentiel immobilier selon les zones ciblées permet souvent de se payer la chambre en plus pour le petit dernier et le bout de jardin qui faisait défaut dans les immeubles.

La suite sur Pluzz Journal de France2, David Pujadas.

 

 

 


Immobilier rural second semestre 2013: forte baisse des volumes et des prix

 

Les zones où l'immobilier baisse en France

L'immobilier baisse un peu partout en volume et en prix de vente un peu partour en France et de manière variable selon les zones concernées. Est-ce une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

 

Cela dépend si vous êtes acheteur ou bien vendeur. Dans les zones rurales, les volumes de transactions ont diminué d'environ 40% selon Meilleurstaux.com. Dans cette étude, les biens immobiliers dans les campagnes auraient, selon lui, perdu de 10 à 20 % en 2 ans, c’est-à-dire par rapport aux prix de l’été 2011. 

 

Globalement les prix baissent en province depuis 2008 pour 86 départements de Province. Les nouvelles réductions de prix enregistrées depuis, viennent amplifier cette tendance. Il n’est donc pas rare dans ce genre d’endroit d’observer des prix plus bas de 20 à 30 % par rapport à ceux du pic de 2007-2008. Certains disent qu’il n’y a pas d’éclatement de bulle immobilière en France et que les prix ne baissent quasiment pas. Allez dire ça à ceux qui ont acheté entre 2005 et 2008 dans ces secteurs et qui ne peuvent pas revendre sans encaisser de lourdes pertes... Pour les acheteurs, c'est le moment de regarder les biens ruraux qui deviennent plus accessibles...

 

La suite de cet article sur "L'immobilier, ça baisse comment ?" - 4 novembre 2013


Selon l'INSEE, 95 % de la population française vit "sous l'influence de la ville".

 

En 2010, les villes occupent 22 % du territoire et abritent 47,9 millions d'habitants, soit 77,5 % de la population. La superficie de l'espace urbain en métropole a progressé de 20 % environ en dix ans, passant de 100 000 à 119 000 km2. L'absorption dans l'espace urbain d'anciennes communes rurales est la principale raison de sa croissance démographique. Entre 1999 et 2010, 1 368 communes sont passées de l'espace rural à l'espace urbain, le plus souvent par intégration à une agglomération. De plus, 231 communes rurales atteignent le seuil des 2 000 habitants et deviennent donc urbaines. 

 

En 2010, 95 % de la population française vit ainsi sous l'influence de la ville. Pour l'essentiel, il s'agit de personnes résidant dans des aires, zones d'échanges intensifs entre les lieux de domicile et de travail. Les aires sont composées d'un pôle, ville concentrant au moins 1 500 emplois, et le plus souvent d'une couronne. Elles structurent le territoire français et englobent la moitié des communes : 85 % de la population y réside. 

 

Hors influence des villes, on trouve 5 % de la population dans 7 400 communes rurales. Ce sont les annonces dans ces communes que vous retrouvez sur Vivre à la campagne.com.

 

La suite sur le Site de l'INSEE


Le nuage de pollution en Chine est visible depuis l'espace.

 

Nuage de pollution en ChineLes chinois l'appellent "l'airpocalypse" : un vaste nuage de polluant s'étendant sur des milliers de kilomètres carrés. Oh, trois fois rien... juste quarante fois le seuil recommandé par l'Organisation mondiale de la santé...

 

Des décennies de croissance effrénée, des villes sorties de nulle part,  un boom immobilier sans précédent, une explosion de la consommation électrique pour pouvoir profiter du rêve de la réussite moderne. Le résultat: une traînée nocive visible depuis l'espace, lui aussi pollué par les déchets en orbite qui peuvent percuter les navettes (Voir l'excellent film Gravity à ce propos).

 

Bref nous polluons soit de manière invisible et sournoise, dans les pays développés qui ont mis en place un arsenal de contrôles et de lois, soit de manière ostensible et "je-m-en-foutiste-tant que-ça-gagne-du-pognon", dans les pays où l'environnement est le cadet des soucis des dirigeants. Il n'y a déjà plus d'abeilles pour polliniser les cultures dans certaines régions de Chine. Qu'à ce la ne tienne, on va polliniser à la main des milliers d'hectares, car notre main d'oeuvre vaut que dalle... ça les occupera, au moins ils n'auront d'idées subversives.

 

Que faire pour apporter sa contribution à un changement, même modeste ? Ben déjà arrêter d'acheter des merdes produites de l'autre côté de la planète, car ça pollue, et faire sa révolution lente et silencieuse en achetant ou louant un bout de terrain à la campagne, pour y passer les week-ends puis, pourquoi pas y habiter un jour... On essaye de vous aider avec vivre à la campagne pour trouver votre coin de paradis.

Article Le Monde - 31 octobre 2013

Société. « L'avenir du monde rural est peut-être moins sombre qu'il n'y paraît. La qualité de son environnement et les efforts de modernisation le rendent plus attractif. Une chance à saisir. »

« Le monde rural s'est modernisé, ainsi la donne a peut-être changé. »
« Le monde rural s'est modernisé, ainsi la donne a peut-être changé. » | THOMAS BRÉGARDIS, OUEST-FRANCE

 

Yves Ollivier (Ille-et-Vilaine) :

Votre excellent article du 25 octobre sur la vision de nos campagnes par les Français ramène un peu d'optimisme, après un semblant de désespérance sur l'avenir du monde rural.

L'exode rural du siècle précédent avec l'attirance des villes pour leur vie économique, les emplois créés dans les usines, son côté vie moderne, les accès à la culture et aux loisirs, ont fait se vider nos campagnes.

Cela a bien changé, le monde rural s'est modernisé, embelli, amélioré économiquement, sportivement et culturellement, et bénéficie d'une qualité de vie ainsi que d'un environnement souvent préservé à l'heure du tout-écologie. Ainsi la donne a peut-être changé.

 

De plus, le développement (pas assez rapide mais cela vient) du haut débit, de la fibre, la 4G, bientôt la 5G, a réduit les distances avec les métropoles. Le télétravail, bientôt la télémédecine, va se développer, toute la communication passer par les réseaux et les écrans.

Ainsi ne peut-on imaginer que ces moyens modernes, adossés à l'attirance de plus en plus grande pour une qualité de vie plus saine et plus humaine, un désir d'un air moins pollué, « d'un bien manger » et d'une vie plus authentique, cela peut devenir la chance à saisir, pour la vie et l'avenir de nos campagnes.

Tout cela, bien sûr, si les discours sur les bienfaits de la nature et un environnement préservé sont vraiment le credo d'aujourd'hui, et non pas seulement un effet de mode plutôt « bobo » et sans lendemain.

Reste à nos gouvernants à accompagner ces changements en amplifiant le développement des communications et relais de toutes sortes afin de rapprocher les territoires.

Tout ceci pourrait inverser la tendance, et la demande, ainsi en croissance, ramener vers nos belles régions les investisseurs et services qui avaient un peu disparu. »